THE malaigits

QUINT-LEGUEVIN-MALAIGITS

ESPERAM MOULTUS SOYUM...
mercredi 23 octobre 2013 par pierremedous

La nouvelle est passée inaperçue la semaine dernière, mais je ne pouvais commencer ce premier compte rendu de l’année sans signaler que l’association « Les Malaigits » a été reconnue d’utilité publique par un décret du premier ministre en date du 8 octobre 2013. Réclamée par le bureau depuis des décennies, cette qualification a été obtenue pour plusieurs raisons. Il a été établi en effet par l’administration que les Malaigits oeuvrent pour la promotion du Rugby dans le monde ( comme les All Blacks par exemple ), qu’ils participent à l’attrait grandissant de ce sport parmi les femmes ( c’est incontestable ), et qu’ils donnent, grâce notamment à l’élégance de leurs tenues, une image très tendance et même carrément « fashion » du Rugby. Naturellement, ce dernier point a fait débat, ce qui est bien normal, car en matière de mode et d’esthétique, la subjectivité est de règle, et il se trouvera toujours quelques esprits rétrogrades pour considérer que l’association du jaune pipi et du bleu EDF sur nos maillots, avec le sanglier en surimpression, n’est pas du meilleur effet…Mais que voulez vous, les Malaigits ont toujours été des novateurs, dans le jeu comme dans la tenue, c’est ce qui fait notre charme et cette renommée si grande qu’elle nous a donc enfin valu la reconnaissance officielle que nous méritions ! En attendant, outre les 250 000 euros de subvention annuelle que nous vaut cette qualification ( et qui seront placés sur divers livrets A aux îles Vierges et à Monaco ), les Malaigits seront dorénavant autorisés à arborer une cocarde tricolore sur le pare-brise de leur voiture, ils rentreront gratuitement à Ernest Wallon en passant devant tout le monde et même en faisant des doigts aux vigiles, et pourront bénéficier de 60% de réduction chez Lidl au rayon frais et chez tous les concessionnaires Porsche du grand sud-ouest.

Ceci étant rappelé, venons en à ce match de Quint, qui ne fut pas le premier de la saison ( il y eu le tournoi de Fronton, où les Malaigits remportèrent le « fagot d’honneur », et le match contre La Salvetat St Gilles à Roques auquel je n’étais pas présent et d’ailleurs je vous emmerde si vous n’êtes pas content ), mais qui fut en fait une « triangulaire » avec Quint et Léguevin ( 2 matchs de 30 mn pour chaque équipe).

Détail cocasse, lorsqu’on a annoncé que ce soir on faisait un truc à trois, Guillaume et Jérôme, se méprenant, ont filé aux vestiaires et sont revenus avec des préservatifs, tandis que Moutous s’écriait « Hé ! mais maman elle va pas vouloir que je fasse des cochoncetés de mélangimsme sur le terrain de rubi ! »

Une fois tout le monde rassuré sur la nature exacte des activités prévues, les matchs ont pu commencer, livrant comme d’habitude quand les Malaigits sont là, un éblouissement de rugby champagne et une farandole d’actions de classe comme le stade de Quint n’en avait pas vu depuis longtemps !

Spectateurs de la première confrontation, les Malaigits ont successivement affronté Quint puis Léguevin, réalisant une prestation un peu brouillonne d’abord, mais nettement plus aboutie par ma suite contre Léguevin.

Pour que le lecteur puisse se faire une idée précise des performances des uns et des autres ( je sais que beaucoup de fans tiennent des fiches-joueurs à jour ), je vous propose de commencer l’année par une revue d’effectif des prestations réalisées par les 14 Malaigits présents vendredi soir :

Christophe « Caniche » : Lancé comme un V1 dès le coup d’envoi du premier match, Christophe était tellement décidé à marquer les esprits sur la première action qu’il a dépassé le point de réception et a fini sur la rocade Est à hauteur de la sortie Labège-Innopole, manquant d’ailleurs de se faire écraser par un semi. Revenu en jeu grâce à la gentillesse du routier en question qui l’a déposé au stade, Caniche a continué sur le même tempo, montant les rapports comme un dératé sur chaque accélération, faisant craquer la boîte ( à moins que ce ne soient les genoux ) et prenant les virages au frein à main ! Des efforts qui furent utiles au collectif mais qui se traduisirent au fil des minutes par des émissions de fumée blanche ( habemus papam ?), puis bleue et enfin noire en fin de rencontre…Evacué vers le garage le plus proche, Christophe a été opéré immédiatement des joints de culasse et a pu nous rejoindre pour le repas. Tout est bien qui finit bien, mais on ne sait jamais avec les modèles de collection…

Jérôme « L’Anesthésiste » : Très sollicité par les médias la saison dernière (dont il fut une des révélations), notamment grâce à ses exploits en terre Grisolline ( rien à voir avec le carburant ), Jérôme a décidé cette année de revenir aux bases de ce jeu, de retrouver l’humilité de ses débuts, bref : de rentrer dans le rang. C’est d’ailleurs ce qu’il a déclaré dans la presse : « J’ai pris conscience de la futilité de certains attributs de la célébrité quand je me suis aperçu que je ne pouvais plus aller à Auchan sans garde du corps…là ça m’a fait chier parce que j’aime bien aller à Auchan acheter des tripoux pour mon beau-frère… » Libération, 25 septembre 2013. Après une retraite d’un mois au Népal dans un monastère Bouddhiste ( d’où la coiffure, Jérôme est Bouddhiste par son oncle et hypermétrope par hasard ). Jérôme s’est donc dépouillé face à lui même et nous est revenu à pied, sans le sac, simplement muni d’un bâton de pèlerin, et il a fallu insister pour qu’il mette un maillot parce qu’il voulait jouer à poil.

Guillaume « La Bûchette »  : Beau-frère du précédent, notre camarade est sorti de cure de désintoxication la veille du match ! Soigné depuis 15 jours pour un problème d’addiction aux tripoux, à la cervelle et aux ris de veau à l’ancienne, Guillaume va mieux mais il continue à avoir un tic à l’œil droit lorsqu’on parle d’abats en sa présence. Sur le terrain, « La Bûchette » a pris le relai de Marco et Mathieu pour la réalisation de la « Calzone », combine en touche qui sollicite le pilier soutien du premier sauteur : combine éventée qui ne donne jamais rien de mémoire de Malaigit, mais qui fait partie du patrimoine du club, ce qui prouve bien que dans ce sport la tradition est souvent plus importante que le reste ! Coutume respectée d’ailleurs vendredi soir puisque la Calzone a foiré, comme elle foirera aussi lors du prochain match. Auteur d’un essai plein d’opportunisme, faisant admirer une belle pointe de vitesse travaillée cet été avec son nouvel entraineur jamaïcain, Guillaume est affuté comme un glaive, d’ailleurs on va peut être le rebaptiser Gillette ou Wilkinson.

Didier « Magdus » : Lui aussi a consacré une bonne partie de l’été à soigner sa condition physique en faisant un stage en Guyane au sein du 3ème régiment étranger d’infanterie : 20 jours de marche dans la jungle pour rejoindre le camp, en slip et en tongs, seulement muni d’une lime à ongles et d’une boite de pastilles Pulmol. On comprend que Didier soit en cannes ! Vendredi il a joué 8 et a perforé la défense à longueur de match, distribuant force coups de tronche, comme à l’époque bénie où il faisait ses armes dans ce sport en allant défier ce grand club promoteur d’un rugby de rencontre, d’amour de son prochain et de partage : Béziers. Des statistiques éloquentes : 145 ballons touchés, 2 passes, 88 coups de boule, 16 raffuts dans la gueule, un café, l’addition. Du haut niveau.

Marco « Bifteck »  : Bonne nouvelle ! Marco est en train de retrouver son niveau de la saison dernière après un début difficile à Fronton ( n’y revenons pas, c’est assez douloureux déjà pour lui d’avoir vécu ça, on va pas en rajouter…non j’ai pas dit qu’il était parti sur le cul sur une percussion sauvage d’un joueur d’Aspet, on a dit qu’on en parlait plus…). Vendredi soir, Marco a su réagir avec brio et prouver, par son engagement sans faille, qu’il était bien de nouveau prêt à en découdre. A sa décharge, et pour expliquer son début d’année en demi-teinte, Marco a fait une poussée de croissance cet été, puis il a eu des furoncles au cul ( trop de vélo ), et en plus il a dû bosser pour passer son permis motoculteur ( qu’il a eu avec mention ). Stats : a dit 12 fois « putain j’y suis pas milledieu », 5 fois « je vais le choper ce putain de 8 milledieu » et 25 fois « Allez Mathieu, tu le crève ce 10 milledieu ». Quizz : quel est le point commun entre ces trois phrases ?

Xavier « Matabiau » : Vendredi, Xavier jouait à la maison ! Il habite dans le coin et c’est d’ailleurs pour ça que le match était retransmis en direct par TV Quint-Fonsegrives network, filiale de Sky, et que notre camarade a été beaucoup sollicité par la presse à la fin de la rencontre, ainsi que par les enfants des écoles qui voulaient des autographes. Rappelons aussi que Xavier est notre seul joueur aveyronnais en exercice et qu’à ce titre il nous permet d’atteindre le quota obligatoire de « JIFF » ( Joueurs Issus du Fond du Faitout ) tout comme Didier qui vient d’Ariège terre-courage. Grosse prestation encore sur le terrain, des charges dévastatrices, une bonne présence au paquet ( ça ne veut pas dire qu’il a touché les couilles des mecs…) et au soutien offensif. Profitant de cette exposition médiatique inhabituelle, Xavier a assuré la promotion de son livre, paru depuis peu aux éditions le petit Laguiolais et intitulé « L’Aligot, du néolithique à nos jours », préfacé par Guillaume qui avance à cette occasion l’hypothèse ( osée ) d’une origine commune de ce plat typique et des tripoux en sauce autour du II ème siècle avant J-C ( sans rapport avec notre ami « La Crampe » ).

Mathieu « L’Irlandais » : What a match of our friend Matthew ! Matthew was playing flanker for the first time in his life and it has been a success ! Ohlalalala yelled people from Quint : Hurrah for the wonderful Matthew ! He runs like the wind, he is so beautiful with his blue and yellow shirt that fits so much to his marvelous body…It’s the beginning of a new career for the first Irish player of the Malaigits team ! Statistics : 584 tackles, 15,4 miles parcoured ( quoi ? Si, on peut le dire !) and no handling errors. « J’aiwme bien piliew, mais aïe prefer jouyer en 3ème line, car je aiwme courir comme mon friend Marco periuch rumsteack » a-t-il déclaré à La Dépêche samedi matin dans un français encore approximatif. Gageons que ce joueur protée, lui aussi affuté comme une lame, va en étonner plus d’un à ce poste !

Dan « L’Ampoule » : Un match plein pour notre maître à jouer, sur lequel les années n’ont pas de prise grâce aux bons soins d’Alain Risonfifuena qui le fournit en produits bio moldaves et en fortifiants kosovars à base de plantes des montagnes. Comme à son habitude, l’Ampoule a éclairé le jeu, apportant du jus à nos attaques ( ah ! ah ! une vraie pile ce Daniel), illuminant le stade ( qui en avait besoin vu la qualité de l’éclairage ) à chaque action ! Une seule ombre au tableau : une surcharge qui l’a plongé dans le noir pendant quelques instants, et le temps qu’on change le fusible Dan avait oublié d’éjecter un ballon offert par son pack à l’issue d’un maul… « Merde je l’ai pas vu ce con de ballon ! » s’écria t-il « On peut t’en filer un fluo si tu le vois pas ! » rétorqua élégamment Xavier. Une chose est sûre, s’il y en a un à qui le bleu EDF va bien, c’est à « l’Ampoule »…

« Lolo » le vif  : Que dire de Lolo, dont c’était le retour à la compétition ? Que dire qui n’ai pas déjà été dit, sinon rappeler que Lolo est le seul tarnais d’origine samoane ( par un aïeul qui s’est perdu en mer à cause d’une tempête et qui s’est retrouvé à Laguépie en remontant l’Aveyron en pirogue, je l’ai raconté dans un CR précédent…), d’où ce jeu métissé si particulier fait de plaquages à la glotte et de gestes racés avec le ballon tenu à une main que nous notons aussi chez un autre joueur originaire du Pacifique, Alain ! Lolo est d’ailleurs très attaché à ses racines (d’où un certain manque de mobilité, ah ! ah !), et ne mange que du poisson du Tarn qu’il pêche lui-même au petit matin avec sa pirogue traditionnelle et une sagaie taillée dans un piquet de tomate, uniquement vêtu d’un pagne pour protéger son sexe recroquevillé par la morsure du froid au cœur du mois de février. Toujours soucieux de la coutume ancestrale, Lolo fait ensuite sécher le poisson sur le toit de son Kangoo couvert d’autocollants de surf, ce qui lui permet d’ailleurs de toujours repérer, à l’odeur, son véhicule dans les parkings…Un match propre et limpide, comme les eaux du lagon de l’atoll de Totofépipi, dans le Pacifique sud, où reposent ses ancêtres…

« Moutous » le Moutous  : Vendredi soir, Moutous a fait du Moutous (sur 10 mots j’ai écrit 4 fois son nom, faut que j’arrête, déjà qu’il a le melon…), c’est-à-dire toujours le même schéma : d’abord avant le match « je sais pas si je joue, j’ai un peu mal au (cul-bras-testicule gauche-pancréas-intestin grêle, vous choisissez, ça change à chaque fois…), mais je vais essayer… », puis au sortir des vestiaires, grosse séance d’échauffement (pompes, flexions, fractionné, 15 tours de terrain…) pour faire le mec qui prend toutes les précautions avec une mécanique fragile et qu’il faut régler comme un moteur de F1et pour faire honte aux autres Malaigits qui se contentent de courir 20 mètres et de quelques moulinets de bras. Au final, sur le terrain, c’est toujours pareil : une prestation moyennasse faite de 80% de déchet et d’une ou deux fulgurances qui surprennent souvent la défense adverse qui a pris l’habitude qu’il aille tout droit ! Résultat : un essai magnifique ( le 3ème en 3 matchs quand même, ce qui est mieux que Vincent Clerc en Top 14 cette saison…), et un rôle important en tant que leurre sur beaucoup d’attaques ( comme à la pêche avec le vif, non pas Lolo, les appâts…).

Julien  : Venu en guest pour cette rencontre triangulaire ( je répète le terme parce que je sais que ça en excite certains ), Julien, auquel il va falloir trouver un surnom, a dépanné à l’arrière où il a semblé peu à l’aise dans un premier temps. Est-ce dû au fait qu’il avoisine le quintal et qu’il a plutôt une gueule de pilier ? Ca doit jouer certainement…replacé en tronche pour le deuxième match, Julien s’est épanoui, il a éclot comme une fleur des champs en avril et a pu enfin rentrer dans la meule avec entrain : « Ah ! Qu’on est bien au farnat… » a t-il murmuré, un sourire béat sur les lèvres…Comme quoi, quand on est pas dans son élément, on est pas bien, comme Moutous loin du Gers, ou Lolo loin du Pacifique sud ou Guillaume loin des tripoux. Julien est donc invité à revenir, on lui fera une place au chaud devant, loin de ces cons de trois-quarts qui essayent bêtement de s’éviter au lieu de se rentrer dans la gueule ( sauf Moutous ).

Ludo : Nouveau venu dans le groupe, Ludo s’est fondu dans le collectif, faisant admirer ses crochets déroutants et sa pointe de vitesse sur un essai plein d’opportunisme. A parfaitement combiné au centre avec Lolo et Moutous, ce qui est méritoire puisqu’en général personne ne comprend ce qu’annonce Lolo, et Moutous lui, il entend rien à cause du casque qui fait ventouse sur les oreilles…Donc, s’il s’en est sorti avec ces deux là, il s’en sortira avec tout le monde…Merci à lui en tout cas, et bienvenu dans le team !

Pierre « Luciole » : Pour finir, à tout seigneur tout honneur, notre guest star depuis deux matches, le luisant Luciole, toujours aussi fringant, le crâne poli comme au premier jour, le mollet ferme et la cuisse légère ( je parle pas de sa sexualité, mais de ses courses…). Tout le monde a pu constater qu’il n’avait pas changé, sauf sur un point essentiel : Pierre semble ne plus faire de travers sur le terrain, alors que c’était jusqu’à présent une caractéristique de son jeu ! L’autre semaine, retrouvant ses réflexes, Daniel l’a rappelé à l’ordre : « Pierre ! Va droit, redresse !! », « J’ai pas encore eu le ballon !! » s’est indigné Luciole…Comme quoi, on a du mal à se débarrasser des préjugés…Mais en même temps on n’est jamais trop prudent, car il faut se souvenir qu’il y a quelques années, Pierre avait percuté le poteau de l’éclairage à Roques à force de faire du travers ( véridique ), et une fois il a même été jusqu’au bureau de tabac au village. En tout cas, maintenant, on n’est plus obligé de l’attacher à un piquet au centre du terrain avec une longue corde pour ne pas le perdre.

Voilà pour la revue d’effectif ! Le repas s’est bien déroulé, à base de salade « enrichie » de gésiers monstrueux et de lasagnes, et dans une bonne ambiance où comme à l’accoutumée, il fut question de ces cons d’anglais à qui ça fait les pieds d’avoir perdu contre le stade. Quelques infos « vie du club » à présent :

Un artiste New Yorkais a acquis plusieurs centaines de chaussures à crampons qui ont été portées par des Malaigits depuis 1986 ( date de la fondation du club moderne, la Guilde des Maloygits du saint sacrement a été fondée, elle, en 1432 ) pour en faire une sculpture contemporaine exposée depuis peu à Time Square. Œuvre magnifique dont nous sommes très fiers mais qui a un défaut : l’odeur, qui fait que les passants ne peuvent pas l’approcher à moins de 30 mètres, surtout que les chaussures qui sont sur le dessus sont celles de Xavier et de Marco. En plus ça attire les mouches et c’est pas bon pour le commerce, mais bon, l’œuvre ne doit rester que 6 mois…

Pour les absents de ce vendredi, je signale que notre marraine Laetitia Casta est passée nous voir et a assisté aux matchs. On lui a remis son maillot personnalisé qu’elle a eu un peu de mal à enfiler au niveau de la poitrine mais après ça lui allait bien, puis ensuite elle est venue nous féliciter dans les vestiaires et s’est douchée avec l’équipe. C’était convivial et sympathique.

La prochaine fois, nous jouons contre PASTEUR à Roques, ce qui est vous le savez, un rendez vous pas comme les autres car il faut s’y préparer longtemps à l’avance ! Il faudra relever le défi…Les ampoules de Polonium 210 sont disponibles chez Alain qui en stocke dans son garage, il vous en donnera contre une décharge signée attestant que vous ne le trainerez pas en justice si vous perdez vos dents ou vos ongles, ou si vous n’arrêtez pas de vous chier dessus pendant une semaine (effets indésirables possibles et mentionnés sur la notice ). Sur ce, bonne semaine et à bientôt !

Vive le rugby et longue vie aux Malaigits !

Pierre


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 143 / 35135

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site COMPTE RENDU DES MATCHS   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License